Mes séries du moment #9

American Crime Story

Ce mois-ci, je me suis beaucoup laissée influencée par les réseaux sociaux et les critiques et regardé, comme beaucoup, les séries « tendances » du moment. Mais ça n’a pas toujours du bon d’écouter les autres…

American Crime Story

American Crime Story

Ici, on est dans le vrai, dans le 100% réel ! American Crime Story, saison 1, revient sur la fameuse affaire O. J. Simpson et revient, en détails et avec exactitude, sur le procès controversé et ultra médiatisé de l’époque. Pour ceux qui connaissent mal ou peu l’affaire O. J. Simpson , petite piqûre de rappel : O. J. est surtout d’abord connu pour être l’un des sportifs les plus populaires des Etats-Unis. Il est notamment considéré comme l’un des meilleurs coureurs de l’histoire du football américain ! Mais en 1994, son ex-femme et son nouveau petit ami sont retrouvés assassinés devant leur maison. Plusieurs indices retrouvés sur la scène du crime accablent O. J. Simpson. Son procès en 1995 va être l’un des plus médiatisés de l’histoire et la bataille va être rude !

Cette saison 1 d’American Crime Story m’a permis de redécouvrir en détail une histoire que je connaissais très mal. J’avais entendu parler du sportif et de cette affaire, mais je n’avais pas eu connaissance de tous les détails. J’ai beaucoup appris et j’ai trouvé cela vraiment intéressant ! C’est surtout très prenant, surtout vers les derniers épisodes. On a beau connaitre le dénouement, on se passionne pour les frasques de chacun, les rebondissements, les envolées lyriques des avocats… Il y a une vraie tension et surtout beaucoup de questionnements ! C’est dingue de se rendre compte de tout ce qu’il a pu se passer dans un seul et même procès.
On assiste aussi à l’avènement des médias H24 et cela permet également de mieux comprendre comment se joue la justice américaine. J’ai mieux compris, de mon côté, certains aspects de la société américaine de l’époque et ses répercutions sur les enjeux d’aujourd’hui.
Et puis finalement, à la toute fin, ce qui est fort, c’est que l’on l’arrive toujours pas à savoir si O. J. Simpson est coupable ou non !

La saison 2 de la série s’intéresse à une tout autre affaire, sans aucun rapport : l’assassinat du célèbre couturier italien Gianni Versace en 1997.

Dark

Dark

J’ai continué avec Dark, une série allemande. Oui oui allemande. Ce n’est pas habituel, surtout lorsqu’on sait qu’elle est diffusée en allemand, sous-titrée français… J’ai enfin compris ce que ressentait ceux qui ne parlent pas une goutte d’anglais devant un film VO… Mais une fois cette barrière de la langue passée, la série est vraiment intéressante ! Attention, elle est à regarder de ses deux yeux afin de ne pas perdre une miette et de bien tout comprendre. Car en plus de la langue, il y a beaucoup de flashbacks, des époques différentes et des personnages qui se croisent à des âges différents. Il faut bien suivre.

L’histoire se rapproche (et là je sais que je vais me faire taper sur les doigts par les puristes) de Stranger Things : un enfant disparaît mystérieusement et se retrouve en fait propulsé 33 ans en arrière, au même moment où un enfant a aussi disparu. Pendant toute la saison, via différents personnages, on ne va cesser de naviguer à travers les différentes époques. C’est très bien fait et le mystère reste entier, jusqu’au bout ! L’univers est sombre et réaliste, avec un côté dramatique très réussi. C’est visuellement très prenant.
Une saison 2 est déjà en préparation (comme toutes les séries qui fonctionnent en ce moment).

The end of the Fucking world

The end of the f****** world

Autant vous dire que celle-ci entre dans mes déceptions. J’en avais vu passer beaucoup de bien, mais je dois qu’elle n’a eu aucun effet sur moi. C’est retombé aussi vite qu’un soufflé.
Le style est clairement décalé et à mille lieues de ce que l’on connait. La raison principale : la série est anglaise. Et on connait l’humour si particulier des anglais ! Je n’y suis d’habitude pas autant hermétique, mais là… Les personnages sont assez touchants car ils ont chacun leur fragilité mais je trouve que cela ne prend pas. Je n’ai éprouvé aucune émotion devant. Les épisodes passent vite (ils ne durent que 20 min) mais se regardent avec une certaine passivité.
C’est sans conviction donc que j’ai terminé la saison 1, mais une chose est sûre, je ne regarderais pas la prochaine !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *