Mes séries du moment #14

here and now

Here and now

J’ai commencé Here and now car j’avais lu plusieurs fois que cette série était la nouvelle This is us. Autant vous le dire tout de suite, c’est non. Here & now ne ressemble en rien à This is us. Certes, comme dans This is us, on est face à une affaire familiale, avec une mère envahissante, des enfants soudés mais qui se cherchent, mais la ressemblance s’arrête ici. L’ambiance générale n’est pas du tout la même, l’émotion est moins forte, on s’attache beaucoup moins aux personnages principaux. Je ne suis pas arrivée à me passionner pour l’intrigue fantastique et surnaturelle proposée, malgré le fait qu’elle soit originale et peu commune. Il s’agit clairement d’une déception !

nu

Nu

J’ai ensuite continué avec une série française plutôt originale : Nu. Le pitch est simple mais il a le mérite d’être inédit et osé : dans une société proche de la notre, la transparence est le maître mot. Tant et si bien que tout le monde vit maintenant… complètement nu ! Transparence oblige. Après avoir passé plusieurs années dans le coma, un homme se réveille dans cette nouvelle société et se retrouve… désorienté (on peut le comprendre !).
On oublie assez vite la nudité et on passe assez vite sur ce « détail » pour s’intéresser à l’intrigue. Nu est une série assez courte et heureusement, car on s’ennuie assez vite. C’est intéressant de voir comment une société et les mentalités peuvent évoluer rapidement, mais l’histoire principale est assez simple, trop simple, et le rythme fait clairement défaut. C’est dommage car les dialogues semblent assez naturels, mais tout est assez vide.

Speakerine

Speakerine

Une seconde série française, diffusée il y a quelques mois sur France 2. L’ambiance et l’époque aurait pu me séduire (l’univers de la télé et des speakerines dans les années 60), mais cette série regroupe tout ce que je redoute dans une série française : c’est lent, pas du tout naturel, souvent alambiqué et pas vraiment intéressant à mon goût. Je n’ai pas du tout réussi à rentrer dedans et, chose rare pour être soulignée, je n’ai pas pris la peine de terminer la saison !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *